Natacha Herbert 02

Publié le par Becquerel





Que ne devrais-je oublier 
m'évaporer dans l'épaisseur
de mon derme   dans le pourcentage de mes eaux
résilier le contrat de la communication,
les nerfs et la chair à vifs

Que ne devrais-je me taire à
nouveau, ne plus rien écouter 
juste regarder - travailler le voir
pour l'abstraire ensuite sur la toile

Que plus rien ne dépasse jamais
de mes sentiments profonds, de
ma circulation sanguine sous
haute pression

Que ne devrais-je fermer les yeux
masser mes rétines les yeux clos
laver les images terribles et les
remplacer
respirer lentement pour ne plus 
m'étouffer.
Me concentrer sur la lymphe
de mon corps, douloureuses.
visualiser, économiser le regard
abstraire à nouveau.

                                                             Marseille, sept 2007.
                     
                     Natacha Herbert





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article