Cécile Mainardi 02

Publié le par Becquerel

moi  je  vous  dis  qu’on  peut  faire  brûler  une
 
métaphore,   qu’une  métaphore  ça    brûle, et
 
qu’on  peut  même  en  faire brûler à l’air libre,
 
sur un terrain, comme    un pneu,     un   carton
 
qu’on  tient  jusqu’au  dernier  moment  avec  la
 
main et qu’on jette in extremis en faisant un pas
 
en arrière, presque avec de la méchanceté  dans
 
les yeux et la bouche.   et du soir qui tombe tout
 
en essence bleue               sur l’autoroute, je me
 
rappelle  maintenant  les  flammes,   les grandes
 
flammes  orangées  qui  flottaient directement
 
dans l’air,  toutes seules,    comme des drapeaux
 
accrochés    à   rien,    sans   qu’on   comprenne
 
grand’chose à/sache rien de  leur provenance, à
 
leur direction,   à leur combustible,    à la raison
 
même de leur combustion,      et maintenant que
 
j’y repense,    et  les     revoient/bouger/onduler
 
dans  le  ciel/sans rebord/sans/ni          contour
 
qu’un         extrême           et      presque    irréel
 
ralenti/ ssement/de         l’image/    ,consumant
 
directement en couleur orangée le bleu du soir,
 
comme     si     c’était     la  couleur leur   vrai
 
combustible,   je  suis  pratiquement sûre que
 
c’étaient     des     métaphores      qu’on  voyait
 
brûler/qui brûlaient,    à  comme  ça  y  allait, à
 
comme ça y allait 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article