Rutebeuf 01

Publié le par Becquerel




[1230 env-1285 env]

 

La complainte Rutebeuf

 

Les mots ne savent seuls venir :

Tout ce qui pouvait m’advenir

         Est advenu .

Que sont mes amis devenus

Que j’avais de si près tenu

          Et tant aimés ?

Je crois qu’ils sont trop clair semés :

Ils ne furent pas bien semés,

          Point n’ont levé.

De tels amis m’ont bien trahi,

Que, tant que Dieu m’a assailli

          De tous côtés,

N’en vis un seul dans ma maison.

Le vent, je crois, les m’a ôtés :

          L’amour est morte.

Ce sont amis que vent emporte,

Et il ventait devant ma porte :

          Sont emportés.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article