Lettre à un jeune artiste...02

Publié le par Becquerel




Lettre ouverte aux jeunes artistes émergents.

A vous, nouveaux arrivants dans l’art, j’écris cela :

Serez-vous faire avec peu sans vous sentir frustrés ?

Il est temps d’agir avec peu et de produire moins sans perte

de qualité. Pouvez-vous concevoir que ce qui est rare est la valeur suprême ?

Rare et divers ? Peu, moins, rare et divers sont la dynamique d’une décroissance nécessaire à la survie de l’art. La croyance de l’art fonctionnant en entreprise est dépassée ainsi que le postulat de l’œuvre marchandise dans un marché réglé sur le cours de la bourse. Le capitalisme touche à sa fin et ce serait une erreur grave d’assujettir encore la pratique artistique à ce diktat douteux : le capitalisme a prouvé son incapacité à générer une plus value de sens pour l’art, et ce durant les trente dernières années. Le capitalisme a suscité l’esthétique relationnelle : celle-ci est en faillite. Saurez-vous faire acte de régénération et rompre avec le statut d’artiste relationnel ? L’artiste et l’œuvre relationnels sont une imposture où l’individu s’est fourvoyé durant ces trente décennies : cette imposture a institué le renom de l’artiste comme valeur unique et spéculative. Son ultime avatar est la disparition de l’artiste au profit du seul système capital. Saurez-vous résister à cela en vous constituant par le peu, le moins, le rare et le divers. Serez-vous partager cela ? Pourrez-vous transformer la relation de votre oeuvre au monde à travers une partition collective ? De l’artiste relationnel à l’artiste partitionnel il n’y a qu’un pas résolu à franchir afin de modifier la machine du monde. Réunissez-vous, rencontrez les autres hors du champ institué, réapprenez les gestes simples  et complexes du rapport à l’autre. Mais, saurez-vous déserter les vernissages officiels et les conférences ? Saurez-vous refuser de faire fonctionner les machines de guerre et les jacuzzis du confort postmoderne ?

Saurez-vous pacifier l’art ?

La question est là, car les machines sont bien rodées, elles sous valorisent votre activité, limitent vos débouchés, monnayent à la baisse votre savoir. Ainsi vos forces sont divisées et votre œuvre  amoindrie perd de son impact, son sens est dévoyé. Regroupez-vous, reprenez votre identité d’artiste à part entière, l’interprète du monde à venir d’ici peu, soyez l’artiste partitionnel dont l’œuvre trouvera un acquéreur d’une autre sorte que le collectionneur connu jusqu’à  présent. A ces conditions là, jeunes artistes émergents, vous saurez sortir de la grande broyeuse à chocolat vers d’autres débouchés, ce sera un autre jour, par le peu, le moins, le rare et le divers.

                                                                            Blastula !

                                                                                                                              K. B        Lebanon, juin 2008 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article