Esther Salmona 01

Publié le par Becquerel




"Carpophores", métaphore mycelliumesque, extrait.

 

 

1 juin 2008

11:50
l'espace est frais à angle droit lumière jaune blanc des vitres coulure. en quelques mètres une régularité s'estompe siffle un grand geste recouvre à peu près les éléments escamotés du paysage gaufré par endroits, saupoudré à d'autres. des rayons (moyeu - gomme - gravité), n'arrêtent pas de déloger, extraire, faire tournoyer encore. à ce moment la nacre se mêle de chair.

00:45
mais ça râcle perd tout de suite de l'intensité creuse en paquets soit dans l'air soit entre l'étendue la plus dure et celle qui se laisse tout simplement caresser. au final approchement réduction immédiate des soupirs. en cale ils restent sur la paroi pour les déloger une tension de surface. le semblant d'animation vient des axes qui bougent peu, et l'un en fonction de l'autre évidemment.

00:28
la tranche ne permet pas tout de suite une entrée, aussi certaine frayeur (apogée de quelque chose) rebute. des traînées filent une impatience vient les chercher comme autant de jouets en métal ininterrompu. l'amplitude sèche magnifique attend pour au final se déjouer. il y a des pointillés tournants. d'un côté une gravité joue sur deux tableaux, de l'autre des courbes aller et retour dévient. au sol une double verticale irrigue. toutes ces machines persistent quand enfin le courant s'amoindrit laissant un liquide sourdre.

 

http://lescahiersdebenjy.over-blog.com/article-19440729.html

 

http://hyphes.blogspot.com

 

http://carpophores.blogspot.com 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article