Ben Vautier 04

Publié le par Becquerel






. Soudain l'été Fluxus

Vernissage le lundi 13 juillet 2009 de 18h à 21h
Concert à 21h30 suivi d'un bal Fluxus

Les Français connaissent mal Fluxus.
Rares sont les expositions historiques qui ont été réalisées. Seules trois manifestations institutionnelles ont eu lieu en France : la première à l'Espace Lyonnais d'Art Contemporain  en 1979, la seconde aux Musées de Marseille en 1992 en collaboration avec le Walker Art Center de Minneapolis, puis celle au Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain à Nice en 2003 pour les 40 ans de Fluxus à Nice.

Malgré l'initiative de différentes galeries, Fluxus n'a jamais eu droit à une grande manifestation à Paris. En serait-il indigne ?

Les Français connaissent mal Fluxus, même s'ils prennent aujourd'hui la mesure de son importance, au travers de nombreuses expositions et présentations collectives, souvent initiées par Ben Vautier, manifestations mêlant toutes les formes d'expression artistique et rendant Fluxus toujours plus indispensable.

Les Français ne connaissent pas Fluxus car les protagonistes du mouvement, outre Ben Vautier et Robert Filliou, ont été peu exposés et restent pour la plupart, encore méconnus. Qui sait, en France, qui est Serge III, Robert Erebo ou Roberto Bozzi, avec qui Ben Vautier travaillait à Nice, lorsque lui-même y accueillait en 1963 George Maciunas que Paris boudait ?

Après une tentative maladroite de concert Fluxus en 1962 au Centre Américain à Paris, George Maciunas arrive en 1963 à Nice et reste 20 jours chez Ben Vautier. A ce moment-là, il aide Ben à organiser le Festival Fluxus de Nice. Fluxus trouve alors, en France, un développement important au travers de la personnalité de Ben Vautier et de Robert Filliou. L'un est à Nice, l'autre à Villefranche où il ouvre en 1966, en complicité avec George Brecht, La Çédille qui Sourit. Chacun d'eux développe cet esprit collectif essentiel, cette mise en partage dont l'art de notre temps présent se réclame toujours davantage.

Les seuls concerts Fluxus donnés ensuite à Paris eurent lieu en 1964, 1965 et 1966, sur l'invitation de Ben par Jean-Jacques Lebel pour le Festival « Libre expression » au Centre Américain, boulevard Raspail, et au théâtre de la Chimère.
 
C'est de la nécessité de mieux faire connaître les protagonistes de cette histoire toujours vivace, que relève cette exposition. Née de discussions complices avec Ben Vautier, dans le cadre proprement vertigineux de sa maison des hauteurs de Nice, . Soudain l'été Fluxus entend donner à un public toujours plus curieux, à partir d'ouvres et d'archives souvent

inédites, des repères nécessaires pour saisir la portée et l'impact du mouvement dans l'histoire, comme la force de son actualité.

Foncièrement éclectique, Fluxus fait l'éloge du bricolage et de l'expérimentation. Ouvert à toutes les inventions et tentatives, l'ouvre Fluxus n'est pas tant un objet clos qu'un processus ludique et théorique à la fois.

Fluxus a rêvé et rêve encore, au travers de ses protagonistes actuels, d'enchanter le monde. C'est en quoi, au-delà d'un art, il est d'abord une attitude, une façon de penser toujours mouvante, une manière d'être à jamais inimitable : une « révolution » créative, une attitude et un doute fondamental où se croisent des personnalités venues de tous horizons mentaux et géographiques, de la France à New York, du Japon à l'Allemagne où le mouvement se cristallise, au gré de rendez-vous et festivals, de manifestations parodiques, poétiques et politiques à la fois.

. Soudain l'été Fluxus est une gageure car le Passage de Retz a d'abord l'ambition de témoigner de moments rares et d'attitudes singulières qu'il est toujours essentiel d'entendre et de regarder, sans en avoir ni les possibilités ni les moyens de faire ouvre muséale.

On ne retrouvera donc pas ici les pièces que seules les institutions sont à même de réunir, mais un ensemble considérable d'ouvres et d'objets de nature souvent plus intime que Ben Vautier a accepté d'offrir de présenter au public pour la première fois.
À cet ensemble unique qui constitue le corpus essentiel de cette exposition, s'ajoutent des ouvres provenant de collections privées, dont un large ensemble des archives de Luigi Bonotto inédit en France, permettant de dessiner les contours d'une histoire commencée, il y a quelque cinquante ans, et qui n'a toujours pas aujourd'hui l'intention de disparaître.

Après Surexposition : Duchamp, Man Ray, Picabia - Sexe, Humour et Flamenco, et avant la première exposition d'envergure à Paris qu'il consacrera au mouvement lettriste, le Passage de Retz tente d'offrir un regard et une lecture sur un des mouvements clé de la création, mouvement qui nous aide à comprendre et à transcender encore et toujours notre quotidien.

. Soudain l'été Fluxus est une proposition du Passage de Retz. Elle a bénéficié du concours amical et exceptionnel de Ben et Annie Vautier et de Bernard Blistène.
Elle a reçu le soutien de nombreux prêteurs privés.
Sa coordination a été assurée par Valérie Maffioletti et Vincent Normand, ainsi que par l'équipe du Passage de Retz animée par Jacqueline Frydman.


Exposition ouverte au public du 14 juillet au 20 septembre 2009
tous les jours sauf le lundi de 10h à 19h

Passage de Retz
9, rue Charlot  75003 Paris
Métro Filles du Calvaire
Entrée plein tarif : 8 ? - Tarif réduit : 5 ?

Renseignements :
Passage de Retz : Valérie Maffioletti - Olga Ivanoff - Tél. 01 48 04 37 99
www.passagederetz.com




Commenter cet article

Point to point 21/03/2010 23:59


SI VAUTIER À LYON C'EST
BIEN.

CITER LA NEWSLETTER ART DOIT FAIRE RIRE ---dans laquelle Ben Vautier dit de Fresche > Je crois qu’il faut le considérer comme un artiste d’art contemporain travaillant dans la performance et qui
n’a pas peur des bonnes blagues.

Là, si c'est du gros propos pour rabattre de la concierge à son stand de produits dérivés : c'est idiot, donc : de la blague ; alors, pas grave.--- Mais cela pourrait donner du sens quand on saura
qu'après avoir baiser la main gauche de Bayrou, Ben lèche le pot à Georges.--- Bien qu'il ai vu longuement son Médecin Niçar ; Ben nous véhicule les "Autocrades" par des phrases qui n'ont aucun
sens communs avec les artistes que sont Maciunas, Brecht, Filliou, qui fécondent aux antipodes de ces suffisances congénitales "ego-paranoïa" dont l'artisteVautier fait les réclames, (leurs œuvres
nous le montrent!). --- Comprenons que pour vendre un territoire, le V.I.P. * extrait de sa manutention des macérations infantiles qui produisent un ensemble de consommation. Ici :
Lyon/Freshe/Paris/Blanc/Bez/Vautier/Contemporain/Musique américaine/etc.../ Sorte de pâté-fromage-confiture dont l'odeur révulse l'estomac, mais rassurez-vous à n'en pas charger on tait les
gaz!

*Vautier, Infantile, Plastique---