Kadi Becquerel 05

Publié le par Becquerel

 

 

Pensée en recul

 

 

Coque à corps concrétions à cratères    ciel ouvert

 

 

Carapace collante au palais, à la langue séchée

 

 

Colporte à dos d'homme un cri enrubanné

 

 

Blocus   Locus   Solus

 

 

Si vis pacem parabellum

 

 

Absurdité que tout ça

 

 

Couches après couches qui étouffent le son

 

 

Et plombe le parler avec un sceau fermé

 

 

la parole craquèle aux commissures presque lèvres

 

 

empêchées qui retiennent l'émission et

 

 

lourde la pensée en recul, retrait, profonde pensée racole

 

 

à la poussée des mots qui martèlent

 

 

en peur de l'autre, de soi, accrue à l'abdomen du monde

 

 

concrets corps en tension terrés dans les habits couleur de terre

 

 

terne au cocon fracassé

 

 

La colle en verbe pend sous la langue attachée à la chaise où j'avoue

 

 

l'isolement du coeur

 

 

Percé de commentaires saigné par les messages sans accusés

 

 

de réception qui crèvent la peau, la blêmit en éclats minuscules

 

 

Attentats refaits chaque jour à la bombe                     à l'email

 

 

Dans la peau de nos corps, des pays proches,   pays lointains

 

 

Dans la peau des paix criblées,                    des chairs bombardées

 

 

   dans la paix des peaux à ciel ouvert.

 

 

 

 

Sur la route entre Tyr et Tripoli, Lebanon, été 2006.

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article