Guillaume Millet 01

Publié le par Becquerel











Intitulée Seconde Métropole, l’exposition de Guillaume Millet nous

entraîne dans le monde tentaculaire de la ville post-moderne, royaume de

la vitesse et du trafic, des réseaux serrés de voies rapides et des
perceptions
fugaces.

Ses tableaux montrent des fragments de motifs urbains

qui, réduits à des formes géométriques blanches (parfois grises)

hard-edge, se détachent avec une grande intensité visuelle sur un fond

noir. Leur dépouillement minimal résulte d’un long processus de mise

à distance dont témoigne l’emploi d’une gamme de couleurs limitée, celui

de motifs ready-made soumis à une série de traitements consistant

à les déréaliser (aplanissement, simplification des contours, suppression

des détails). Intervenant plus directement dans l’agencement des

formes au sein du champ pictural, Guillaume Millet privilégie les effets de

dynamisme : ses motifs se croisent à l’oblique, traversent horizontalement

la toile, ou bien encore sont mis en perspective de manière à prolonger

virtuellement l’oeuvre, au-delà de ses frontières (même lorsqu’ils

sont interrompus brutalement dans leur développement). Ainsi, le regard,

tout en étant capté par le contraste hypnotique du noir et blanc, est

régulièrement éconduit vers l’extérieur du tableau. Ce phénomène paradoxal

est favorisé par une exécution parfaitement neutre et l’obtention

d’une matière lisse qui contribuent à transformer la surface picturale

en une sorte d’écran uniforme sur lequel l’oeil ne peut achopper. Lorsque

les tableaux sont présentés ensemble, l’impression d’enchaînement

rapide des images est accentuée, chacun d’entre-eux semblant correspondre

aux différentes étapes d’un plan-séquence cinématographique.

En cela, les peintures de Guillaume Millet introduisent une sorte d’objectivité

déstabilisante qui traduit bien le caractère fragmentaire, accéléré,

et de fait, abstrait, des visions que l’on a dans la métropole moderne,

dont l’univers se limite à l’immédiat et au parcellaire.

Domitille d’Orgeval



Guillaume Millet

seconde métropole

vernissage samedi 10 octobre à partir de 15 h

exposition 10 octobre – 14 novembre 2009

Galerie Bernard Jordan

77, rue Charlot – 75003 Paris

+33 (0)1 42 77 19 61

www.galeriebernardjordan.com

galerie.bernard.jordan@wanadoo.fr




Commenter cet article