Pierre Boderiou 01

Publié le par Becquerel

 

 

 

 

 

Lydie MARCHI
SAFFIR, galerie nomade
32 rue Saint Jacques 
13006 MARSEILLE
FRANCE
06.03.40.76.92
http://saffirgalerienomade.blogspot.com/
Appartient au réseau Marseille Expos
Pierre Boderiou, Aux armes et caetera
Du 8 avril au 8 mai 2010
La galerie est ouverte de 10 à 12 et de 14 à 19 heures du mardi au samedi.
"Des armes, des voitures de police en cire, des jouets finalement, sont donnés à voir dans cette nouvelle exposition de Pierre Boderiou intitulée par un clin d’oeil à Serge Gainsbourg “Aux Armes et Caetera”
 
Armes et voitures de police devenues inoffensives par l’action de l’artiste qui les statufie dans ses oeuvres, l’artiste les représentant sous forme de jouets. Ces deux séries font suite au travail de ces deux dernières années où Pierre Boderiou montrait la France qui est devenu moche (Télérama N°3135) dont il pointe inlassablement les travers. La France des lotissements, des départs en vacances, des radars et des voitures de police postées au bord des routes. Cette France que l’on voit à travers le pare-brise ... Pourtant, le travail de Pierre Boderiou n’est pas un travail politique. Il donne simplement à voir et pointe du doigt. Ce qui lui déplaît et l’inspire. Ces nouveaux paysages du quotidien. Il montre ces paysages avec une technique d’une maestria rare, maîtrisant parfaitement chaque technique. De l’aquarelle à la mine de plomb... Car il s’agit bien d’une exposition de dessins et non pas de photographies, et de sculptures de cire moulées. La technique du dessin est tellement maîtrisée qu’il faut sans cesse expliquer au visiteur qu’il s’agit de dessins ... Et montrer les preuves ! Des élèves de collège firent remarquer cette année lors de l’exposition collective de dessins auxquels l’artiste a participé : “Madame, il vous a menti, c’est une photo ...”. La remarque était drôle ainsi formulée, mais elle ne manquait pas également de profondeur et de justesse. Elle démontre surtout la rigueur de l’artiste dans sa création, et cette maîtrise technique qui est sa signature. Ce travail n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui de l’Hyperréaliste français Jean-Olivier Hucleux ou de l’américain Chuck Close. Comme eux, Pierre Boderiou se sert de la photographie comme support, s’en éloignant sans s’en éloigner du bout de sa mine de plomb. La photographie qui, à l’instar des paysages environnants, fait partie de ces sources d’inspiration et de ces outils de travail. Car au contraire de Cézanne ou des impressionnistes, l’artiste ne travaille pas sur le motif mais dans son atelier où il recrée l’extérieur ... " Lydie Marchi, directrice de SAFFIR, galerie nomade
 
 
 
-cid_795B825B-A60A-49AC-BDC0-195072BB750B.jpg
 

Vue de l'exposition

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article