Zineb Sedira 01

Publié le par Becquerel

11/15 PLACE DE LA BOURSE

 

75061 PARIS CEDEX 02 - 01 40 41 46 46

 

28 AVRIL 10

 

Quotidien Paris

Eléments de recherche : ZINEB SEDIRA : exposition du 0/03 au 20/09/10 au musée national Pablo Picasso à Vallauris (06), toutes citations

75061 PARIS CEDEX 02 - 01 40 41 46 46

 

 

 

 

 

plaintes de harkis

 

NICE, 28 avr 2010 (AFP) - L'exposition de l'artiste plasticienne Zineb Sedira au

 

musée Pablo Picasso, La Guerre et la Paix de Vallauris (Alpes-Maritimes), a été fermée par

 

la mairie en raison de plaintes d'association de harkis, a-t-on appris auprès du directeur du

 

musée.

 

Une médiation du sous-préfet de Grasse, Claude Serra, devrait toutefois permettre

 

la réouverture "rapide" de la rétrospective de cette artiste reconnue internationalement,

 

selon ce dernier.

 

Une des vidéos présentées par l'artiste franco-algérienne, consistant en une

 

interview en arabe de sa mère sur ses souvenirs de la guerre d'Algérie, a suscité la colère

 

des anciens partisans de l'Algérie française, car le mot "harki" y était traduit par le mot

 

"collaborateur".

 

L'artiste, à la demande du directeur du musée, a accepté de modifier le

 

sous-titrage, mais "la ville de Vallauris continue à dire que cela pose problème, que la

 

communauté harkie est très offensée, que c'est très sensible", a expliqué à l'AFP Maurice

 

Fréchuret, directeur des Musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes.

 

Les trois écrans sur lesquels étaient diffusées les vidéos ont été éteints, et la

 

banderole qui annonçait l'exposition à l'extérieur du bâtiment a été retirée.

 

En tant que musée national, l'institution est placée sous la tutelle de l'Etat mais la

 

ville est chargée par convention de l'ouverture et de la surveillance des espaces.

 

Contactée par l'AFP, la mairie n'a pas souhaité s'exprimer.

 

Afin de permettre la reprise des projections, "nous sommes convenus de proposer

 

aux associations de venir voir la projection et constater qu'il n'y a rien d'infamant", a

 

déclaré Claude Serra, soulignant la "sensibilité" de la communauté harkie.

 

"Des personnes ont manifesté leur mécontentement, le maire a reçu des

 

menaces", a-t-il dit.

 

 

 

 

 

2010-04-29-1141-AGENCE_FRANCE_PRESSE_MONDIALES-copie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LDH_communique.jpg 

 

 

 

 

 

 

Le musée Pablo Picasso, La Guerre et la Paix de Vallauris (Alpes-Maritimes), a été fermée par

 

la mairie en raison de plaintes d'association de harkis, a-t-on appris auprès du directeur du

 

musée.

 

Une médiation du sous-préfet de Grasse, Claude Serra, devrait toutefois permettre

 

la réouverture "rapide" de la rétrospective de cette artiste reconnue internationalement,

 

selon ce dernier.

 

Une des vidéos présentées par l'artiste franco-algérienne, consistant en une

 

interview en arabe de sa mère sur ses souvenirs de la guerre d'Algérie, a suscité la colère

 

des anciens partisans de l'Algérie française, car le mot "harki" y était traduit par le mot

 

"collaborateur".

 

L'artiste, à la demande du directeur du musée, a accepté de modifier le

 

sous-titrage, mais "la ville de Vallauris continue à dire que cela pose problème, que la

 

communauté harkie est très offensée, que c'est très sensible", a expliqué à l'AFP Maurice

 

Fréchuret, directeur des Musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes.

 

Les trois écrans sur lesquels étaient diffusées les vidéos ont été éteints, et la

 

banderole qui annonçait l'exposition à l'extérieur du bâtiment a été retirée.

 

En tant que musée national, l'institution est placée sous la tutelle de l'Etat mais la

 

ville est chargée par convention de l'ouverture et de la surveillance des espaces.

 

Contactée par l'AFP, la mairie n'a pas souhaité s'exprimer.

 

Afin de permettre la reprise des projections, "nous sommes convenus de proposer

 

aux associations de venir voir la projection et constater qu'il n'y a rien d'infamant", a

 

déclaré Claude Serra, soulignant la "sensibilité" de la communauté harkie.

 

"Des personnes ont manifesté leur mécontentement, le maire a reçu des

 

menaces", a-t-il dit.

 

L'oeuvre de Zineb Sedira, "Histoires re-racontées, et ma mère m'a dit", réalisée

 

en 2003, a déjà été exposée plusieurs fois en France, sans que cela ne pose de difficultés,

 

et a été acquise par la Cité nationale de l'histoire de l'immigration, a souligné M. Fréchuret.

 

L'artiste a souligné qu'il n'y avait "pas de provocation, de malice de sa part" et

 

que "le mot harki était utilisé comme +collaborateur+ par (sa) mère". "C'est un travail sur

 

la transmission que je fais, ce n'est pas de la politique", a-t-elle dit.

 

sl/elr/ei

 

 

 

 

 

Artistes, Auteurs, intellectuels, citoyens, mobilisons-nous contre cet état de fait

et réclamons la réouverture de cette exposition.

 

Le collectif Processbleu en solidarité avec le réseau BOTOX(S)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article